Goncourt des Lycéens et Grand Prix de l'Académie française 2012
Un livre exaltant, captivant.

 

la-verite-sur-l-affaire-harry-quebert,M93686

4ème de couverture : À New York, au printemps 2008, alors que l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois.
Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d’avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.
Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d’écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?
Sous ses airs de thriller à l’américaine, La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert est une réflexion sur l’Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, sur la justice et sur les médias.

Joël Dicker est né à Genève en 1985. La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert est son deuxième roman. Il y dépeint une Amérique qu’il connaît bien pour y avoir beaucoup voyagé et longuement séjourné.

 

Mon avis :

On m'en avait parlé, parlé parlé ! J'en avais lu des critiques sur ce livre, oh que oui.  Moi, j'ai attendu de le lire et puis... longtemps après, je l'ai lu. Et alors...


J'ai aimé.

Un livre au goût du moment : romance, enquête, un poil fin de thriller, l'Amérique des Seventies, une réflexion sur le travail d'écrivain, sur la force des mots, sur les faiblesses humaines. Un livre vrai.
C'est un livre facile à lire, structuré, ordonné, savamment dosé, milllimetré. Bien joué. Embarquement dans un roman de belle qualité, même si sans être littéraire. C'est écrit simplement mais très très correctement !
Ce livre nous entraîne à chercher la vérité nous aussi, sur cette disparition. J'ai trouvé relativementr gnangnan cet amour sacralisé entre Nola Chérie & Harry chéri, mais cela ne m'a pas gêné pour lire plus, car leur amour est compréhensible. Alors, on s'y fait, et surtout on le croit, on le conçoit.

Marcus, le personnage narrateur et sa conception de la vie, du succès, m'ont incroyablement parlé. Cette conquéte du succès littéraire, de la réussite dans la vie me fait rêver de façon générale, et donc, naturellement, je l'enviais cet écrivain en lisant cette fiction. Et puis en progressant dans la lecture, on le découvre autrement. On comprend qu'il n'est rien ou si peu de chose en fait, rien d'autre qu'un fabulateur doué. Quelque part, il est mauvais et nul et faux, mais pourtant il a tout bon à sa manière et il réussit, alors on n'aime pas moins son personnage. Je me suis dit que c'était peut-être comme cela aussi qu'il fallait vivre ? Qui sait ? Il y a d'autres vérités cachées dans ce livre, des réflexions à mener.

Dans ma quête criminelle, j'ai douté sur deux personnages, me suis étonnée que l'un soit rayé des suspects. J'ai ri des clichés si vrais, tiens, au fil de la lecture, voilà qu' un autre personnage est jugé coupable et puis PAM  la vérité tombe ! Je suis incrédule  sur la situation de Nola. Je trouve ça un peu gros, un peu facile et puis je ressens comme une étrange sensation de déjà-vu quand on apprend que Harry, lui, aaah cHut... Je ne vous en dis pas plus là dessus, car vous si vous n'avez pas lu, vous ne connaissez pas La Vérité sur l'Affaire Harry Québert.

Toujours est-il que j'ai exulté à la fin, car  Yahoo : j'ai cru que ma réflexion d'enquêtrice s'était avérée exacte, mais non.... Une autre  vérité tombe, une autre se relève, vacille, s'effondre et c'est tout autre chose. Cette lecture, franchement c'était bien !

Extraits


" Les mots sont à tout le monde, jusqu'à ce que vous prouviez que vous êtes capable de vous les approprier. Voilà ce qui définit un écrivain. Et vous verrez Marcus, certains voudront vous faire croire que le livre est un rapport aux mots, mais c'est faux : il s'agit en fait d'un rapport aux gens. "

un autre : 

"  - Je vous déteste, l'écrivain, tenez-vous-le pour dit. Ma femme a lu votre bouquin : elle vous trouve beau et intelligent. Votre tête, à l'arrière de votre livre, a trôné sur sa table de nuit pendant des semaines. Vous avez habité dans notre chambre à coucher ! Vous avez dormi avec nous ! Vous avez dîné avec nous ! Vous êtes parti en vacances avec nous ! Vous avez pris des bains avec ma femme ! Vous avez fait glousser toutes ses amies ! Vous avez pourri ma vie !

- Vous êtes marié, sergent ? C'est fou, vous êtes si désagréable que j'aurai juré que vous n'aviez pas de famille.  "